VISA J-1 Impact sur les camps de vacances américains !

Le président et chef de la direction de l’American Camp Association a discuté de l’importance des camps d’été en 2021  ‘parce que les enfants ont besoin de retrouver une dimension sociale et émotionnelle, recréer des amitiés et communiquer’ qu’ils ont perdues en raison de la COVID-19.

Le problème est que de nombreux camps d’été embauchent des animateurs étudiants étrangers dans les programmes d’échange culturel J-1 Work / Travel – et cette année, pour de nombreux camps, cela ne se passe pas bien ; comme d’autres entreprises qui comptent sur des travailleurs temporaires et saisonniers, les camps d’été ont des problèmes relatifs au visa.

Le premier obstacle majeur a été lorsque l’ancien président Donald Trump a institué l’année dernière une interdiction de visa pour les non-immigrants qui incluait la plupart des types de visas J-1. Cette interdiction a été levée, mais les arriérés dans les consulats américains demeurent, et les visas pour les animateurs de camps de vacances ne sont pas une priorité absolue. Certains camps d’été n’ont pas pu ouvrir et d’autres se sont vu réduire leurs programmes ou leur capacité d’accueil, même ceux qui servent les enfants handicapés.

Les étudiants internationaux en parcours d’échange occupent également d’autres emplois saisonniers dans les zones touristiques. De manière générale, une année type représente environ 100 000 étudiants qui voyagent avec un visa J-1 pour les programmes de travail / voyage. Ces programmes d’échange visent à « aider au développement de relations amicales, sympathiques et pacifiques entre les États-Unis et les autres pays du monde ». Les étudiants étrangers apprennent à connaître les États-Unis, voyagent après avoir terminé leurs programmes de travail et ajoutent de la diversité. Ils « découvrent l’Amérique et rencontrent des Américains ».

Les programmes d’échange J-1 sont parrainés par le Département d’État et sont de nature diplomatique. Les entreprises mettent donc une certaine pression pour la création  des exceptions d’intérêt national pour les demandeurs de J-1 afin de faciliter leur voyage aux États-Unis. Le sénateur Jean Shaheen (D. NH) a également fait pression sur la Maison-Blanche pour qu’elle s’attaque à l’arriéré de visas J-1, notant que le programme est « essentiel pour pourvoir les emplois saisonniers […] comme les camps d’été et les sauveteurs. Également pour que les directeurs puissent prévoient d’ouvrir en toute sécurité en suivant les directives du CDC, sinon ils pourraient ne pas être en mesure d’offrir des services ou programmes en raison du manque de personnel. »

L’année dernière, les camps de vacances ont perdu environ 16 milliards de dollars de recettes directes. Si cela se reproduit, les économies des régions qui dépendent fortement du camping et du tourisme pourraient ne pas être en mesure de rebondir.

En savoir plus sur le J-1 ?

Photo: L’affiche du film « Nos jours heureux », avec Jean-Paul Rouve et Omar Sy (2006).© AFP/Quad Productions / The Kobal Collection

Share
Inscription Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter Inspired By USA

Découvrez des portraits d'entrepreneurs aux États-Unis

+ des informations sur Voyager, Habiter et/ou Vivre aux USA

LET'S NEWS !