Restrictions de voyages aux USA : dans quel état d’esprit sont les agences de voyage ?

Alors que le Travel Ban est toujours d’actualité pour les voyageurs se rendant aux Etats-Unis au départ de l’Europe, les agences de voyage préparent le futur, en espérant que l’interdiction sera déjà levée pour les vacances d’été.

Des acteurs du tourisme font le point sur la situation, tant pour les activités des Tour Opérateurs que pour leurs clients.

Un espoir pour 2021 ?

“Après une longue période de distanciation sociale et de confinement, les voyageurs seront impatients de sortir, d’être actifs et de retrouver les personnes qu’ils aiment. Ils vont chercher des destinations qui leur offrent de grands espaces, en plein air, mais aussi des endroits sûrs qui leur permettront de voyager l’esprit léger et sans aucun tracas pour pouvoir vivre une belle expérience en vacances. Club Med est parfait pour cela puisque chacun de ses clubs dispose d’un énorme terrain de 20 hectares, permettant facilement la distanciation sociale. De plus, les clubs opéreront avec une capacité limitée et des mesures d’hygiène et de sécurité renforcées.”

Kevin Armstrong, responsable presse de Club Med aux Etats-Unis, se veut optimiste quant au futur, même s’il sait aussi que les restrictions de voyages actuelles empêchent les Européens de se rendre aux USA.

Nous considérons que les voyages touristiques à destination des Etats-Unis ne reprendront pas avant l’automne, au mieux en septembre. Même dans l’éventualité où les voyages à destination de l’Ouest seraient possibles pendant les vacances d’été, ce n’est pas le genre de voyages que l’on improvise en dernière minute. A ce stade, il serait illusoire de penser que les Belges voyageront en Californie en été.”

Chez Connections, l’heure n’est pas vraiment à l’optimisme à court terme. Pour Frank Bosteels, la reprise du tourisme vers les USA ne reprendra pas, au mieux, avant septembre.

“Nous restons optimistes pour l’hiver mais également pour la saison d’été 2021. Nous remarquons que l’envie de voyager reste très présente chez les Belges et nous pensons que dès qu’ils auront plus de perspectives, ils réserveront des vacances.”

Du côté de Tui Belgique, on veut croire à l’arrivée de jours meilleurs. Sarah Saucin veut se montrer optimiste pour la fin de l’année mais aussi, et surtout, pour l’été qui arrive à grands pas. Elle rappelle cependant qu’outre le Travel Ban, les clients belges doivent également composer avec une interdiction de quitter le territoire qui court encore jusqu’au 18 avril. 

En conséquence, à l’heure actuelle, tous les voyages à destination d’un pays hors Espace Schengen ont été annulés chez le tour-opérateur jusqu’au 31 mai 2021.

“On commence à entendre des rumeurs d’ouverture des frontières mais personne ne parle réellement des conditions d’entrée sur le territoire américain. Pourtant nous gardons bon espoir car l’évolution de la vaccination peut décanter assez rapidement la situation internationale. On voit déjà certains pays reprendre un rythme de vie quasi normal, donc nous avons bon espoir que les Etats-Unis et la France soient parmi les prochains. Nous sommes très confiants pour l’avenir : nos clients sont dans les starting-blocks et ne demandent qu’à pouvoir concrétiser leur projet et la destination des Etats-Unis ne connaît pas la crise.”

Hanna Mebarki, responsable marketing chez Evasions USA, sait que le bout du tunnel n’est plus si loin qu’il n’y paraît… mais qu’il faut encore se montrer un peu patient !

Quelles mesures, adaptations pour voyager sereinement ?

“Chez Club Med, nous avons mis en place ce que nous avons appelé des protocoles Safe Together. Ils seront implémentés dans tous les clubs qui pourront rouvrir prochainement (y compris en Floride, au Mexique et dans les Caraïbes) et mettront en place des mesures d’hygiène et de sécurité renforcées, en suivant les recommandations de l’OMS, des autorités locales et les conseils d’un comité international de scientifiques incluant des médecins et professeurs.”

Kevin Armstrong assure que la sécurité des vacanciers sera la grande priorité des villages de vacances.

“Nous suivons, en tout temps, l’avis de voyage du Ministère belge des affaires étrangères et nous communiquons les conditions de voyage avec nos clients. Nous avons donc, depuis le début de la crise, adapté notre offre à ce qu’il était permis de faire ou pas. Nos collègues ont travaillé, et travaillent encore d’arrache-pied, pour répondre aux nombreuses modifications.”

Sarah Saucin rappelle que, chez Tui Belgique, tout est mis en œuvre pour se conformer aux décisions prises mais, surtout, pour veiller à la sécurité et la santé des voyageurs.

Au niveau de notre offre, nous avons dû négocier des conditions flexibles d’annulation auprès de tous nos fournisseurs. Si nous voulons enregistrer de nouvelles réservations, les clients doivent pouvoir annuler sans perdre leur argent. Parallèlement, nous avons développé notre offre de voyages de proximité.”

Chez Connections, un accent particulier a été mis sur la possibilité d’annuler son voyage sans perte d’argent.

“Pour l’instant nous n’avons pas spécialement adopté de nouvelles mesures. Nous avons déjà une assistance 24/7 pour nos voyageurs aux Etats-Unis. Et nous exerçons en permanence un contrôle de qualité des prestations que nous proposons car nous n’avons pas d’intermédiaires. Cela nous permet d’être au courant notamment des adaptations que nos partenaires et fournisseurs ont mis en place pour respecter les règles sanitaires et la sécurité de tous.”

Pour Evasions USA, peu de mesures supplémentaires ont été nécessaires, puisque l’agence connaît, en temps réel, les adaptations de chacun de ses partenaires en termes, entre autres, de sécurité et de respect des règles sanitaires.

Les vacanciers craignent-ils la situation sur place ?

Pour Frank Bosteels, la crainte des vacanciers peut s’expliquer par un biais dans les nombreuses informations reçues. Ainsi, pour lui,Une des caractéristiques  de cette crise, hormis son étendue au niveau planétaire, c’est la carence en matière d’information fiable. Paradoxalement, il y a énormément d’informations mais peu de filtres. Les gens se font dès lors des idées qui ne sont pas toujours fondées. De même, comme dans toute crise, la distance amplifie l’impression qu’on perçoit de la situation à l’autre bout du monde.”

Chez Tui, Sarah Saucin pointe surtout le manque de perspectives : “Les gens ne sont pas frileux pour la situation à destination, mais bien par rapport au manque de perspectives : il y a eu beaucoup de décisions et beaucoup de changements pour les voyages, et, actuellement, les vacanciers attendent la toute dernière minute pour réserver, afin de voir si le voyage pourra vraiment avoir lieu ou pas.”

Du côté d’Evasions USA, Hanna Mebarki pense que la situation peut faire peur aux candidats voyageurs : C’est indubitable, les gens sont plus frileux au moment de réserver. La peur de réserver un voyage qui sera annulé ou reporté ou celle de ne pas pouvoir participer à des activités sur place est la principale cause de méfiance chez les voyageurs.”

Quid d’une levée du Travel Ban ?

Et si l’interdiction de voyager vers les Etats-Unis au départ de pays de la zone Schengen venait à être levée dans les semaines à venir ?

Du côté de Tui, le temps est à l’attente. Sarah Saucin rappelle ainsi que, pour le moment, les voyages hors Europe sont annulés jusqu’à fin mai : Actuellement, TUI a annulé tous les voyages hors de la zone Schengen jusqu’au 31 mai 2021. Nous attendons encore de voir ce qu’il sera possible de faire après cette date. Il en est de même pour les voyages vers les États-Unis.”

Sentiment différent chez Connections où les voyages à destination des States sont toujours disponibles : “Nos offres sont prêtes mais nous n’avons pas encore préparé de plan de communication spécifique. Nous n’avons jamais cessé de promouvoir les voyages aux Etats-Unis sur le long terme. Les offres sont en ligne et nous en faisons la promotion de manière récurrente via nos newsletters et posts sur les réseaux sociaux.”

Cependant, Frank Bosteels rappelle tout de même qu’un voyage vers les USA ne s’improvise pas et que le contexte actuel rend évidemment les choses très compliquées.

Enfin, chez Evasions USA, on sait que l’intérêt des Européens pour les Etats-Unis est intact mais que la prudence sera tout de même encore de mise : “Nous sommes très confiants pour l’avenir : nos clients sont dans les starting-blocks et ne demandent qu’à pouvoir concrétiser leur projet et la destination des Etats-Unis ne connaît pas la crise. On le voit, nous avons su adopter les règles sanitaires et même si les frontières venaient à ouvrir prochainement, il faudrait être tous prudents et responsables.

Vous l’aurez constaté, il est assez difficile de se projeter sur l’avenir à court terme en termes de voyages hors espace Schengen. En effet, deux facteurs prépondérants auront une influence sur la suite des événements : les décisions politiques au sein de l’Union Européenne et la potentielle levée du Travel Ban par l’administration Biden.

Share